Pinsaguel Autrement demande la mise en place d'une Réunion Publique...

Notre demande du 12 janvier

Monsieur le Maire répond à notre demande de réunion publique au travers d'un tract municipal ...

Ci-dessous ce tract et nos réponses point par point :

Vous avez été nombreux à nous demander si nous allions effectuer une réponse au tract de l'équipe de la majorité municipale récemment reçu dans vos boites aux lettres.

D'un commun accord au sein de notre équipe, nous avons pris la décision de ne pas répondre par le même moyen afin de ne pas vous exaspérer par des conflits de communication qui sont très largement exploités par les élus municipaux.


Comme nous avons souvent eu l'occasion de le dire, nous resterons en dehors de toute polémique purement politicienne qui ne fera jamais avancer le débat et la cause de notre commune.


Nous avons préféré détailler point par point ce document afin de vous faire part de nos ressentis ainsi que de nos croyances si vous le désirez.

 

Devant autant d'acharnement médiatique et moral (articles La Dépêche, tracts, ...) vous comprenez aisément le poids que représente notre association dans la lutte de la défense de notre bien-être.


Nous sommes à la croisée des chemins et les jours prochains verront sûrement l'approbation du PLU de Pinsaguel par le conseil municipal. Notre action ne fait que commencer et c'est principalement à partir de ce vote fatidique que nous vous demanderons de nous aider afin que nous puissions engager les procédures adéquates. Ceci, bien-entendu, dans le cas où nous n'obtiendrions pas satisfaction sur nos demandes légitimes qui seront proposées par nos membres de l'opposition lors de ce conseil municipal.


Nous pensons que vous avez le droit de vous exprimer et d'être consultés pour des projets d'une telle envergure.

 

N'en déplaise à Monsieur le Maire, Charlie d'un jour à l'occasion de ses vœux à la commune, la démocratie et la liberté d'expression resteront notre leitmotiv de tous les instants.

Effectivement, on peut « se taire » officiellement… Il faut savoir que l’association Pinsaguel Autrement a réceptionné un courrier recommandé avec AR envoyé par l’avocat d’un certain promoteur immobilier « Les terrains du L.A.C. » Une simple lettre d’intimidation à laquelle nous répondrons cette semaine sur les conseils de notre avocat. Nous en avions par ailleurs déjà reçu une de la part de l’avocat de M. le Maire lors de la campagne municipale… 

Étonnante réaction d’un maire qui préfère la décision purement administrative d’une enquêtrice plutôt que d’accepter un vrai débat démocratique où tous les arguments vrais ou faux auraient pu être explicités et contredits.

Nous rappelons qu’une enquête d’utilité publique n’est pas une enquête d’utilité citoyenne parce qu’elle peut privilégier des intérêts différents de ceux  souhaités par les Pinsaguelois. (Cf. nos commentaires sur l’enquête publique point par point)

C’est d’ailleurs pour cette raison que ces enquêtes sont actuellement souvent mises en causes par des associations citoyennes sur l’ensemble du territoire national.


En effet, il est vrai qu’une démocratie avec  une opinion unique est toujours plus agréable à gouverner. Cela existe dans certains pays où tout le monde est parait-il beaucoup plus heureux ?

Nous serions tout à fait d’accord avec cette affirmation, sauf qu’en réalité Monsieur le maire est bien moins ouvert au dialogue qu’il l’affirme ici. 

Monsieur Coll oublie de préciser trois points d’importance :


1/ Qu’initialement, il y avait 2 représentants de l’opposition à cette commission mais qu’après une décision « juridique », il n’en reste plus qu’un : cela évite ainsi une plus grande implication et information de l’opposition


2/ Que cette commission ne s’est réunie qu’une fois le 4 septembre 2014 (du moins à la connaissance des conseillers de l’opposition) depuis les élections et que l’ordre du jour n’abordait pas le PLU mais : 

. Intégration dans le domaine public de la voie d’accès au château Berthier

. Transfert dans le domaine public des espaces nécessaires à la restructuration de l’aire publique constituée du parking-place du marché « République » (ex-lyonnaise)

. Questions diverses

(Ordre du jour en PJ)


3/ Que les commissions valorisées dans le discours politique, ne sont qu’un vernis électoral puisqu’elles restent cantonnées aux seuls sujets voulus autoritairement par le maire afin éviter d’aborder les sujets plus sensibles.


Monsieur le maire se moque de ses lecteurs.

En effet, aucun débat démocratique n’est vraiment possible ni en commissions, ni lors des conseils municipaux  ni bien évidemment dans le journal municipal qui ne reconnait pas la liberté d’expression  de l’opposition.

Monsieur le Maire devrait arrêter de se victimiser alors qu’il refuse tout débat en s’appuyant sur le règlement intérieur qu’il a imposé (Cf. mail d’invitation au dernier conseil municipal de M. Coll faisant spécifiquement référence aux paragraphes du Règlement Intérieur concernant le droit à l’expression au sein de ce conseil)

C’est d’ailleurs la raison pour laquelle nous avons souhaité que les conseils municipaux soient désormais filmés pour démontrer cet état de fait. Monsieur le Maire a en effet bien pris en compte notre demande puisque le dernier conseil municipal a été enregistré. 


Question surréaliste de Monsieur Coll  qui pourtant n’a de cesse de se référer à Jean-Jaurès. 

Ce grand homme n’aurait donc dû jamais exprimer avec conviction et parfois férocité son opposition à la politique de son pays pour la « bonne » raison que les élections étaient terminées ?

Monsieur le maire vient d’inventer le principe d’hibernation de l’opposition que l’on réveille juste avant les élections. 

Ce communiqué que nous commentons actuellement ressemble étrangement à un tract de campagne plus politique que municipal ? Heureusement qu’il y a le logo de La confluence pour dissiper le doute !... Nous ne faisons pas de politique et nous nous contentons de répondre par le biais de notre site Internet.


Figure de style qui consiste à discréditer avec véhémence ses contradicteurs sans en apporter la preuve.

C’est de cette manière qu’il peut organiser une réunion sur le foncier mobilisable du centre ville en évitant soigneusement d’inviter ses opposants quand bien même ils soient concernés. C’est  tellement plus facile !


Un débat public aurait été justement parfait pour écouter les citoyens exprimer ce qu’ils entendent par urbanisation massive.

Cette affirmation est une nouvelle fois choquante quand on sait à quel point l’opposition  regrette le manque de vrais débats lors des conseils municipaux.


Le débat public aurait justement permis à Monsieur le Maire de démontrer avec le brio qu’on lui connait en quoi notre présentation est abusive et dévoyée.

Son refus met bien en évidence son manque de courage à affronter la contradiction de citoyens plus compétents qu’il ne le pense.

C’est bien d’être à l’écoute mais c’est encore mieux d’entendre ses administrés.


Le sujet est tellement complexe que l’opposition est trop stupide pour tout comprendre. Voilà bien une déclaration à la fois condescendante, méprisante voire insultante mais tellement habituelle dans ses propos.

Que de belles promesses. Soyons confiant. Dormons tranquille et n’essayons surtout pas de réfléchir et de comprendre pourquoi d’autres municipalités interprètent les lois de manière beaucoup plus favorables à leurs administrés.

Notons tout de même que s'il y a, comme nous le comprenons, des modifications aux textes initiaux de ce PLU suite aux demandes particulières de certains Pinsaguelois lors de l’enquête publique, c'est en partie grâce à notre association et notre ténacité.

De quelle agressivité s’agit-il ? Le fait de ne pas être d’accord serait de l’agressivité ?

C’était assurément plus confortable lors du précédent mandat de gérer une ville en ayant toujours raison sans ces empêcheurs de tourner en rond.


A nouveau, une affirmation sur la complexité des règles que Pinsaguel Autrement n’est bien évidemment pas en capacité à comprendre.

C’est ballot !

Conclusion : un exercice classique de communication passant par les techniques habituelles de :

• Dénigrement intense de l’opposant

• D'Auto victimisation pour faire couler une larme au lecteur mal informé

• Désinformation sur la réalité du fonctionnement des instances démocratiques au sein de la commune.

• Justifications affirmées mais non argumentées

• d’utilisation de phrases rassurantes cherchant à créer une confiance aveugle 

Tout cela pour éviter de se frotter à un vrai débat ouvert, démocratique  et contradictoire. 

Il est temps de comprendre qu’au XXIème siècle, les citoyens sont beaucoup mieux informés et qu’ils attendent de leurs dirigeants une démocratie bien plus participative. L’heure des seuls beaux discours ou communiqués est très heureusement révolue. 


Écrire commentaire

Commentaires : 0

Pour toutes les personnes qui n'ont pas réceptionné ce tract, vous pouvez le télécharger ci-dessous

Télécharger
tract JLC 1.pdf
Document Adobe Acrobat 2.9 MB
Télécharger
tract JLC 2.pdf
Document Adobe Acrobat 2.6 MB

Courrier du 23 janvier de M.COLL à Pinsaguel Autrement suite à notre demande de Réunion publique

Réponse du 9 février à M. Coll


Rencontre de Pinsaguel Autrement avec M. Coll :

Annie SALVAN, Présidente de Pinsaguel Autrement, accompagnée de Guy BERNARD et Frédéric PHIL ont rencontré M. Coll et M. Caselatto le jeudi 19 février 2015 à 17h30. Quelques mots concernant cette réunion  :


Notre Présidente, Annie a commencé a retracé quelques points concernant la mise en place de notre association et a surtout expliqué à ses interlocuteurs que la création de Pinsaguel Autrement a réellement pris son importance lors de la sortie de la 2ème modification du PLU. En effet, devant l'ampleur des dégâts qu'allait soulevé ce PLU et les demandes de plus en plus pressantes des Pinsaguelois, Pinsaguel Autrement se devait d'exister et intervenir ainsi pour la défense de notre cher commune.


Les principaux sujets abordés ont été bien entendu le Foncier mobilisable, les constructions massives, les transports insuffisants...la pétition, les tracts, l'enquête publique ...


A notre surprise, le Maire nous a parût plus conciliant dans ses propos et visiblement décidé à renouer le dialogue.


Il a répondu point par point à toutes les questions soulevées et il s'est avéré que tous ces malentendus sont pour la plupart dus à une mauvaise retranscription de l'organisme en charge du PLU ! Que de temps perdu !


M. Coll nous a affirmé avoir tenu compte des nombreux avis et témoignages des Pinsaguelois lors de l'enquête publique et a donc profité de la nouvelle "mouture" pour retoucher magnanimement le PLU afin de répondre favorablement aux requêtes de nos concitoyens.


Voilà pourquoi ce PLU n'a pu être adopté par le Conseil Municipal que le 26 février ! 


Le "Foncier mobilisable" a bien entendu fait l'objet d'un long débat puisque ce terme utilisé à tort par ce fameux organisme chargé du PLU... n'a jamais été adapté ! Il nous a affirmé qu'à aucun moment il n'avait été question d'engager une quelconque DUP (demande d'utilité publique) puisque le but unique est seulement de protéger certains secteurs à enjeux immobiliers importants des constructions intempestives suite à la loi ALUR. 


G. Bernard a insisté sur le fait que bizarrement la plupart de ces secteurs seront certainement soumis au nouvel impôt sur le non bâti puisque toutes les parcelles contiguës urbanisables seraient imposables au titre de 5€ le m² la première année... puis 10€ l'année d'après ! M. Coll nous a répondu qu'il ne connaissait pas les termes exacts de cette imposition.


G. Bernard lui a demandé pourquoi il n'effectuait pas de réunions d'information à ce sujet auprès de ses administrés puisque cela se fait dans d'autres communes. M. Coll a clairement répondu que ce n'était pas son travail.


Les questions concernant ce nouveau PLU se sont arrêtées là puisque le soir même la réunion concernant l'urbanisme devait avoir lieu et M. Coll préférait garder ses secrets.


Frédéric Phill a soulevé le sujet des préparations de conseils municipaux. En effet, les dates ne sont connues qu'au dernier moment. M. Coll a semblé entendre le message.


Annie Salvan a conclu la discussion en rappelant que nous étions contre un projet et non contre la personne du maire.